Wasamac

Description de la propriété

Monarques détient une participation de 100 % dans la propriété Wasamac, qui comprend trois concessions minières et 12 claims miniers couvrant une superficie totale de 7,6 km2. La propriété est située dans le canton de Beauchastel à environ 15 km à l’ouest de Rouyn-Noranda, au Québec, au cœur du camp minier aurifère de l’Abitibi.

La minéralisation aurifère sur la propriété Wasamac a été découverte en 1936, et une quantité considérable de travaux d’exploration et de développement ont été effectués sur la propriété depuis. De 1965 à 1971, la production de la mine Wasamac a totalisé environ 252 920 onces d’or à une teneur de 4,16 g/t d’or.

Estimation des ressources

La mise à jour de l’estimation des ressources sur le gisement Wasamac a été effectuée par M. Tudorel Ciuculescu, M.Sc., P. Geo., géologue principal chez Roscoe Postle Associates Inc. (RPA) et une personne qualifiée selon le Règlement 43-101. La date effective de l’estimation est le 20 octobre 2017.

Basé sur une teneur de coupure de 1,0 g/t Au, RPA a estimé une ressource de 3,99 millions de tonnes à une teneur moyenne de 2,52 g/t Au pour 323 300 onces dans la catégorie mesurée, et 25,87 millions de tonnes à une teneur moyenne de 2,72 g/t Au pour 2 264 500 onces dans la catégorie indiquée. On retrouve également 4,16 millions de tonnes à une teneur moyenne de 2,20 g/t Au pour 293 900 onces qui a été estimé dans la catégorie présumée. La teneur de coupure est basée sur un prix de l’or de 1 500 $US l’once en assumant les frais d’exploitation.

La base de données comprend 3 317 sondages qui ont été forés pour différentes raisons sur la propriété et aux alentours de la propriété à partir des années 40 jusqu’en 2012. De ce chiffre, 2 016 sondages ont été utilisés pour l’estimation des ressources. Les sondages des ressources comprennent 288 trous réalisés à partir de la surface pour une longueur totale de 122 781 m et 24 613 échantillons (24 401 m échantillonnés), ainsi que 1 728 trous souterrains pour une longueur totale de 36 842 m et 24 018 échantillons (32 148 m échantillonnés).

Notes:
  1. Les définitions de l’ICM ont été utilisées pour les ressources minérales.
  2. Les ressources minérales ont été estimées à une teneur de coupure de 1,0 g/t Au.
  3. Les ressources minérales ont été estimées en utilisant un prix de l’or de 1 500 $US l’once, et un taux de change de 0,80 $US = 1,00 $CAN.
  4. Une largeur minimum de quatre mètres a été utilisée.
  5. Une masse volumique de 2,8 g/cm³ a été utilisée.
  6. Les chiffres étant arrondis, ils peuvent ne pas correspondre.

La minéralisation aurifère est contenue dans plusieurs zones situées le long de la zone de cisaillement Wasa (WSZ), notamment, de l’ouest vers l’est, la zone principale, la zone 1, la zone 2, la zone 3, la zone MacWin et la zone 4 (voir carte). La zone Wildcat se trouve en dehors de la WSZ au sud de la zone principale. De 1965 à 1971, la production historique provenait surtout de la zone principale et de la portion supérieure de la zone 1, avec un tonnage limité extrait de la zone Wildcat. La zone 2 a été partiellement développée, mais n’a pas fait l’objet de production.

L’estimation a été réalisée à partir d’un modèle de bloc et était limitée par des modèles minéralisés de type fil de fer capturant les intersections minéralisées avec une teneur nominale de 1,0 g/t Au sur une épaisseur minimale de quatre mètres. Les échantillons erratiques à plus haute teneur ont été coupés à 35 g/t Au avant leur composition en intervalles de deux mètres de longueur. La teneur aurifère du bloc a été estimée en utilisant la méthode d’interpolation par l’inverse de la distance à la puissance trois (ID3).

Cette nouvelle estimation des ressources reflète plusieurs changements, incluant les forages additionnels, l’exclusion de la minéralisation considérée antérieurement à titre de ressources, l’ajout de nouvelles ressources, une teneur de coupure moins élevée, et la reclassification des ressources minérales présumées dans la catégorie indiquée.

La propriété Wasamac est située près d’un centre minier important dans une jurisdiction favorable pour les mines et bénéficie d’infrastructures considérables, incluant des structures souterraines qui pourraient être redéveloppées, l’accès routier, l’accès au réseau électrique provincial, et une aire de résidus restaurée.

* Source: Technical Report on the Wasamac Project, May 11, 2012, Rouyn-Noranda, Québec, Canada, Jacques Gauthier, ing., Yves Galarneau, ing., Marc Lavigne, M.Sc., ing., Daniel Adam, Ph.D., geo., Stéphane Lance, ing. and Colin Hardie, P. Eng., Roscoe Postle Associates Inc.

Notes:

Mineral resources parameters and estimation methods

The Mineral Resource estimate was done with all the assays results of the 2011 drilling program as of December 1, 2011 and after the reception of a re-interpretation of the continuity of the mineralized bodies in the Wasamac shear zone.

The method and parameters used for the resource estimation were as follows:

  • Interpretation and construction of the 3D envelope of the mineralized zones was done using section and plan views. Mineralized intercepts were coded by zone and all the intercepts, surface DDH, underground DDH and face, were verified.
  • A high grade assay capping value of 35 g/t Au was used as defined in the statistic review done by Belzile Solutions Inc. (“BSI”) in 2010.
  • 2 metre composites were created in all the mineralized intercepts and coded by zone. For the creation of the composites, the software was asked to create them in order to use the whole intercept, so the composite length was adjusted to make all intervals equal.
  • The Mineral Resource was estimated by 3D block modeling (Block dimension of 4 m x 4 m x 5 m wide) with Gems software and using 2 m composites. All of the underground developments and stopes were modeled in three dimensions. All the blocks located inside the stopes and developments were eliminated from the model (tonnage and grade equalled to zero).
  • Grade estimation was done by Ordinary Kriging using parameters based on a statistical study realized by BSI.
  • A density of 2.8 t/m3 was considered for tonnage calculation in mineralized zones. This tonnage factor is consistent with historical records and with the URSTM laboratory’s measurements completed in 2010 and 2011.
  • Grade estimation was verified and compared with an inverse square distance interpolation in Zone 2.
  • Inside the modeled mineralized zones, criteria to define the Mineral Resource was a minimum of 4 m true width with a minimum average grade of 1.5 g/t of gold. This cut-off was established using a gold price of US$1,200/oz. For the Measured and Indicated Resources of the Main Zone and Zone 1, a 10 metre pillar was left around all of the old stopes with the exception of 3 small stopes in the lower part of the Main Zone which were discarded from the Mineral Resources. To calculate the Mineral Resources inside each zone, lines were traced on a longitudinal section (to define blocks with at least a minimum true width of 4 metres and a minimum average grade of 1.5 g/t) and used to clip the blocks. Only the blocks inside the line were put into the Mineral Resources.

Estimations des ressources (au 31 décembre 2016)

* Source: Technical Report on the Wasamac Project, May 11, 2012, Rouyn-Noranda, Québec, Canada, Jacques Gauthier, ing., Yves Galarneau, ing., Marc Lavigne, M.Sc., ing., Daniel Adam, Ph.D., geo., Stéphane Lance, ing. and Colin Hardie, P. Eng., Roscoe Postle Associates Inc.

Paramètres et méthodes d’estimation des ressources minérales

L’estimation des ressources minérales a été effectuée avec tous les résultats d’analyses de la compagne de forages de 2011 reçus au 1er décembre 2011 et une fois que la réinterprétation de la continuité des corps minéralisés de la zone de cisaillement Wasamac a été complétée.

La méthode et les paramètres considérés pour calculer les ressources sont comme suit :

  • Construire et établir une enveloppe en 3D des zones minéralisées à partir des sections et des plans. Les intervalles minéralisés sont codés par zones. Tous les intervalles minéralisés des forages en surface, des forages sous terre ou de l’échantillonnage des fronts de taille ont été vérifiés.
  • Une coupure des hautes teneurs à 35 g/t Au a été utilisée comme préconisé dans l’étude statistique réalisée par Belzile Solutions inc. (BSI) en 2010.
  • Des composites de 2 m ont été créés pour chaque intervalle minéralisé et codés par zone. Pour la création des composites, la commande envoyée au logiciel stipulait de les créer afin d’englober tout l’intervalle. La longueur du composite était ajustée en conséquence pour que tous les intervalles soient égaux.
  • Les ressources ont été estimées par modèle de blocs 3D (dimension des blocs : 4 m x 4 m x 5 m) avec le logiciel Gems en utilisant des composites de 2 m. Tous les secteurs développés sous terre et les chantiers ont été modélisés en trois dimensions. Tous les blocs localisés dans ces ouvertures ont été éliminés du modèle (tonnage et teneur égalent à zéro).
  • L'estimation des teneurs a été faite par krigeage ordinaire en utilisant les paramètres définis par une étude statistique réalisée par BSI.
  • Une densité de 2,8 t/m3 a été considérée pour le calcul du tonnage des zones minéralisées, ce qui est compatible avec les données historiques et avec les mesures obtenues par le laboratoire de l'URSTM en 2010 et 2011.
  • Les résultats de l'estimation des teneurs de la Zone 2 ont été vérifiés et comparés avec une interpolation par inverse distance au carré.
  • À l'intérieur de la zone minéralisée modélisée, le critère pour définir les ressources est un minimum de 4 m d'épaisseur vraie avec une teneur moyenne minimum de 1,5 g/t Au. Cette teneur de coupure a été établie en considérant un prix de l'or de 1 200 $ US/oz. Pour les ressources mesurées et indiquées de la Zone Principale et de la Zone 1, un pilier de 10 m est laissé autour des anciens chantiers, à l'exception de 3 petits chantiers dans la partie inférieure de la Zone Principale qui n’ont pas été considérés dans le calcul des ressources. Pour l’estimation des ressources de chaque zone, des lignes ont été tracées sur la section longitudinale (les blocs établis devaient avoir une épaisseur vraie minimum de 4 m avec une teneur moyenne minimum de 1,5 g/t Au) et utilisées pour le découpage des blocs. Seuls les blocs à l’intérieur des lignes ont été considérés lors de l’estimation des ressources.

FAITS SAILLANTS DE L’ÉTUDE DE PRÉFAISABILITÉ (1)

(1) Un prix de 1 200 $ à été utilisé la première année avec une indexation de 5 % pour les années suivantes

Estimation des ressources minérales

Estimation des réserves minérales

-  Les personnes Qualifiées et Indépendantes pour l’estimation des Ressources Minérales, tel que défini par le Règlement 43-101, sont Karine Brousseau, ing. et Carl Pelletier, B.Sc., géo. (InnovExplo inc. et la date d’effet de l’estimé est le 6 novembre 2015).
- Les Ressources Minérales ne sont pas des Réserves Minérales et n’ont pas démontré de viabilité économique..
- Les résultats sont présentés non dilués et in situ. L’estimation comprend 51 zones aurifères, certaines de ces zones ne contiennent pas de ressources à la teneur de coupure officielle.
- Les Ressources ont été compilées avec une teneur de coupure de 3, 4 et 5 g/t Au, toutefois les Ressources officielles sont présentées à une teneur de coupure de 4 g/t.
- Les Teneurs de coupures doivent être réévaluées en tenant compte des conditions actuelles du marché (prix de l’or, taux de change et coûts d’extraction).
- Une densité fixe de 2,8 g/cm3 a été utilisée dans les zones et dans la roche stérile.

- Une épaisseur minimale réelle de 1,8m a été appliquée, en utilisant la teneur du matériel adjacent lorsqu’analysé ou une valeur de zéro si non analysé.
- La limite supérieure des hautes teneurs a été calculée sur les données brutes et établie à 70 g/t Au pour l’analyse des forages au diamant et 55 g/t Au pour les échantillons de rainures souterrains.
- Les composites ont été générés à partir des sections de forage et de rainures souterraines contenues à l’intérieur des zones minéralisées (composite = 1 mètre).
- Les Ressources ont été évaluées à l’aide du logiciel GEOVIA GEMS version 6.7 à partir de forages au diamant et des échantillons de rainures souterrains en utilisant une méthode d’interpolation 1/D6 dans un modèle de bloc (dimension des blocs 5m x 2.5m x 2.5m).
- Les catégories Mesurées, Indiquées et Présumées sont définies en utilisant les paramètres des différentes ellipses de recherche.
- Les blocs de catégorie indiquée étant isolées ou n’ayant pas démontrés de continuité spatiale en terme de teneurs et/ou de densité d’information ont été reclassifiés d’indiqués à présumés.
- Les blocs de catégorie présumée montrant une continuité spatiale en terme de teneurs et/ou de densité d’information ont été reclassifiés de présumés à indiqués.
- Once (troy) = Tonne métrique x Teneur / 31,10348. Les calculs ont été effectués avec des unités métriques (mètres, tonnes et g/t)
- Le tonnage estimé a été arrondi à une centaine de tonnes près. Tout écart entre les totaux est dû aux effets d’arrondissement. Les pratiques d’arrondissement sont conformes aux recommandations établies par le formulaire 43-101F1.

Source : Prefeasibility Study | Delivered by Monarques Resources on October 17th 2014, as amended on October 30th 2014

Minéralisation

La zone de cisaillement Wasa traverse le centre de la propriété selon une direction est-ouest. Cette zone de cisaillement orientée N265° a un pendage vers le nord de 50° à 60° et une épaisseur maximum de 80 m. Vers l’ouest, la zone de cisaillement se sépare en deux branches et s’amincit, alors que vers l’est, le cisaillement faiblit également et a une épaisseur moyenne de 25 m. Cette zone de cisaillement est caractérisée par le développement d’une forte mylonitisation et d’une intense altération hydrothermale qui détruisent complètement les textures et structures primaires de la roche. L’assemblage minéralogique des roches à l’intérieur de la zone de cisaillement comprend de la chlorite, des carbonates, de l’hématite, de l’albite et de la séricite au cœur de la zone. L’or est associé à une fine dissémination de pyrite à l’intérieur de zones fortement altérées dans le cisaillement.